Le Tailleur de pierre – Camilla Läckberg #104

11898872_1022929847751394_3907368658873711211_nVUE : Une petite fille retrouvée noyée et la vie tranquille de Fjällbacka est soudain bouleversée. Mais quand la thèse de l’accident est définitivement écartée, c’est une nouvelle enquête qui s’annonce pour Patrick Hedstöm, contraint de laisser sa compagne, Erica Falck, avec leur bébé et en pleine dépression postnatale. Entre les querelles de voisinages, les secrets de famille et les conflits au sein du commissariat, Patrick Hedström et son équipe vont se plonger dans cette sombre enquête afin de comprendre comment l’on peut s’en prendre à une enfant et surtout arrêter le coupable.
Trépidant ! C’est toujours un plaisir de se plonger dans un polar de Camilla Läckberg. Après La Princesse des glaceset Le Prédicateur, ce troisième volet nous transporte une fois encore dans ce que les humains ont de plus détestable. J’ai particulièrement aimé basculer entre le récit du passé et celui du présent puis tenter de faire le lien entre eux. Quant à Erica et Patrick, comment ne pas apprécier les retrouvailles avec ses personnages attachants et suivre leur évolution ?
OUÏE :Le hurlement d’une maman désespérée
GOÛT : Les sucreries
ODORAT :Le brûlé
TOUCHER : Un bloc de granite

Éditions : Babel noir
Pages : 590
Prix : 10 euros

Publicités

Journal de lectures #40 – Des enfants surdoués et… meurtriers

La nuit des enfants rois - JDL#40

Bonjour lectrices, bonjour lecteurs !

J’ai envie de lire un thriller ! Le dernier que j’ai lu, en avril dernier, est Deuils de miel de Franck Thilliez, dont je n’ai pas encore publié ma sensation de lecture. Mais patience, elle viendra bientôt.

On m’a justement parlé d’un roman qui s’avère noir comme je les aime, La nuit des enfants rois de Bernard Lenteric aux éditions Olivier Orban et Livre de Poche. L’intrigue semble passionnante ! Sept enfants d’horizons et de pays différents se retrouvent à Central Park où ils subissent une violente agression sexuelle. Mais il ne s’agit pas de sept enfants ordinaires, ces derniers sont de véritables génies et décident de ne former plus qu’un afin d’assouvir leur soif de vengeance meurtrière. Jimbo Farrar les connaît bien, il avait eu l’occasion de les rencontrer 10 ans auparavant, mais doit-il se mettre de leur côté ou les dénoncer ?

J’aime ces histoires ou la frontière du bien et du mal est floue, où tout n’est pas blanc ou noir. Ce roman présage, en plus, de nombreux rebondissements… Je me vois déjà passer un bon moment en sa compagnie 😉

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire La nuit des enfants rois ?

Spécial Halloween : 5 lectures qui donnent le frisson

Processed with VSCO with c1 presetLe 31 octobre a toujours été un pur moment d’excitation pour moi. Depuis 12 ans, nous organisons dans la maison familiale une séance de films d’horreur. Nous transformons le salon en salle de cinéma géante où coussins, plaids et couettes offrent un espace douillet pour se blottir à la moindre scène effrayante. Et n’oublions pas le plus important : un buffet de bonbons pentagruélique ! Avouons-le, cette soirée là, notre taux de glucide explose !

Néanmoins, même si je suis un grand amateur de films d’épouvante, j’ai également eu souvent le frisson au cours de lectures. Le pouvoir de notre imagination est parfois bien pire. Alors pour celles et ceux qui préféreraient passer leur soirée Halloween avec un livre, j’ai préparé une sélection de 5 ouvrages qui devraient vous donner au minimum la chair de poule… au mieux des hurlements à réveiller vos voisins ! Lire la suite

Journal de lectures #4 – Horreur et fascination dans la Californie, fin des années 60

Journal de lecture 4 - The Girls et California girlsBonjour !

je suis heureux de vous retrouver dans ce nouvel article « Journal de lectures ». Pour rester dans le cadre de notre thème de la peur pour Halloween, je voulais vous parler de deux livres qui sont parus en même temps et dont on a beaucoup entendu parler dans la presse. Tout deux évoquent le même sujet effrayant et, je pense, perturbant mais pourtant fascinant : les meurtres de la secte de la « famille Manson ».

  • The Girls d’Emma Cline. Fin des années 60, une adolescente qui vit mal la séparation de ses parents se prend d’affection pour un groupe de filles qui vont l’entraîner petit à petit dans une secte au leader charismatique. La jeune femme est loin de s’imaginer la violence dans laquelle est va sombrer.
  • California girls de Simon Liberati. 8 août 1969, Charles Manson et sa bande de hippies fanatiques vont orchestrer une série de meurtres à Los Angeles. Parmi les victimes, Sharon Tate, l’épouse de Roman Polanski enceinte de huit mois. L’horreur et la violence vont choquer l’Amérique abreuvée d’images sanglantes sur ses écrans de télévision.

Par lequel des deux êtes-vous tenté ? J’avoue ne pas vouloir choisir je veux les deux !

Je vous souhaite un bon week-end.

Le Coma des mortels – Maxime Chattam #73

Processed with VSCO with m3 presetVUE : Changer de vie, tout envoyer en l’air. C’est ce que décide Pierre, dépressif désirant éradiquer son passé. Boulot, famille, amis, appart plaqués, il se donne naissance et une nouvelle chance pour écrire une autre histoire. Des pages qui, toutefois, se remplissent de sang car les personnes croisant le chemin de Pierre meurent. Possédé ? Maudit ? Schizophrène ? … Mais qui est réellement Pierre ?
Avec Le Coma des mortels, Maxime Chattam, renoue avec le roman noir comme son précédent roman Que ta volonté soit faite. Ce nouveau livre aborde des comportements extrêmes dans une société de consommation où les extrêmes sont monnaie courante. Pierre cristallise ses choix radicaux en souhaitant être libre de vivre et libre de penser. Cela laisse place à un personnage souvent antipathique mais drôle parfois. J’ai d’ailleurs apprécié l’humour, souvent noir de ce roman. En revanche, j’ai parfois ressenti la volonté de l’auteur à vouloir trop travailler son récit. Vous me direz, c’est là également le travail d’un écrivain ! Mais, il est agréable de se laisser porter par les mots et les images qu’ils forment sans sentir le travail du romancier derrière. Inconditionnel de Maxime Chattam, j’aime particulièrement sa plume et malgré cette sensation ponctuelle, j’ai apprécié Le Coma des mortels.
OUÏE : La sonnerie du téléphone
GOÛT : Un Haut-Marbuzet de 2000
ODORAT : Les excréments de pandas
TOUCHER : La peau d’une femme

Le Livre noir des serial killers – Stéphane Bourgoin #72

12065611_1084519011592477_4636448079824355720_n VUE : Spécialiste des serial killers, Stéphane Bourgoin en a rencontré plus d’une soixantaine. Dans ce livre, il partage des témoignages, son analyse, et le profil psychologique de six grands tueurs en série comme le Vampire de Düsseldorf, le Cannibale de Milwaukee, l’Ogre de Santa Cruz ou encore Henry Lee Lucas.
Un plongeon dans de noirs abysses. Entrer ainsi dans la tête de meurtriers peut faire froid dans le dos. Avec ce livre, nous sommes directement confrontés à des crimes tous plus barbares et horribles les uns que les autres, puis l’on se demande inévitablement « Comment est-ce possible ? ». Au-delà des scènes abominables qui y sont décrites, ce qui m’a le plus effrayé ce sont les erreurs judiciaires et les (grandes ?) failles de notre système. Nombre de ces criminels sont passés entre les mailles de la justice, ont été relâchés ou n’ont même pas été pris en considération alors qu’ils se savaient dangereux pour les autres et demandaient de l’aide. Pas de quoi se sentir en sécurité, certes… Mais ce livre est très enrichissant pour comprendre la genèse mais aussi les pensées d’un monstre comme le fait également Maxime Chattam au travers de ses nombreux romans.
OUÏE : Des remises de peine
GOÛT : De comprendre
ODORAT : La transpiration
TOUCHER : Les barreaux d’une prison