La Dernière fille – Riley Sager #162

La Dernière fille - Riley SagerVue : Quincy est une « Dernière fille ». Loin d’être un titre honorifique pour elle, cela veut dire qu’elle est la seule survivante d’une tuerie. Un massacre lors d’un week-end où tous ses amis furent assassinés. Sauvée in extremis par Coop, un flic en patrouille, elle se reconstruit. Il existe deux autres « Dernière fille », Lisa et Samantha, et lorsque la première se suicide, Quincy et Samantha se retrouvent pour comprendre. Une rencontre qui va tout faire voler en éclats… pour révéler la vérité ?
Rencontrer ce roman fut le fruit du hasard. J’avais droit avec France Loisirs à un livre gratuit parmi les prix club. Le choix ne m’enchantait pas plus que ça et un vendeur me parle alors de ce livre « vous connaissez Scream, et bien c’est ce qui se passe après« . Avec ces peu de mots, il m’avait conquis ! Fan invétéré de films d’horreur et notamment de ces teenage movies comme Scream, Souviens-toi l’été dernier, Halloween 20 après… Je ne pouvais résister ! Toutefois, attention, « ce qui se passe après » ne veut pas dire qu’il s’agit de la suite de Scream mais que le sujet porte sur la reconstruction après avoir survécu à une boucherie et comment on se remet d’un choc pareil, comment vivre son statut de « Dernière fille ». C’est en ça que le roman est intéressant. Nous suivons Quincy qui semble s’être remise de son expérience traumatisante – même si elle carbure au Xanax entre deux recettes de gâteaux qu’elle poste sur son blog. Nous découvrons son histoire actuelle coupée de flashbacks sur ce qui s’est passé dans ce chalet de Pine Cottage où ses amis ont été poignardés à mort par un psychopathe sorti d’un hôpital psychiatrique. Ecrite dans une plume assez simple, l’intrigue bien menée nous invite à nous poser de nombreuses questions sur ces « Dernières filles » qui apprennent à vivre avec les médias friands de leur histoire. Garde-toi bien de penser que puisque la reconstruction de ces filles est au coeur du récit, il n’y a pas d’actions ou de scènes glaçantes, tu ferais erreur ! Les scènes du passé rythment justement bien le récit d’instants d’horreur et puis on sent très vite qu’il y a quelque chose qui cloche… mais ça, je te laisse le découvrir.
Ouïe : Un cri de souffrance mêlé de peur
Goût : Un comprimé de Xanax avec du soda au raisin
Odorat : La forêt
Toucher : La pâte à chausson aux pommes

Éditions : France Loisirs (exclusivité)
Pages : 520
Prix : 18,99 euros

Publicités

Sleeping beauties – Stephen King & Owen King #161

Sleeping beauties - Stephen King & Owen KingVue : Mais qu’arrive t-il aux femmes de Dooling, petite bourgade perdue dans les Appalaches ? Dès qu’elles s’endorment, un étrange cocon les enveloppe et il est alors impossible de les réveiller, et si une personne est bien assez folle pour s’y risquer, c’est à un être enragé qu’elle a affaire. Lorsque ce phénomène s’étend à toute la planète, les hommes s’inquiètent. Si aucune femme ne s’en réchappait ? Pourtant, une seule, Evie Black, semble immunisée contre ce mal incurable. Et si elle était leur seule chance ? Mais que peut une femme dans un monde régi par les hommes en proie à une violence innée ?
Avec Stephen King on n’est jamais dépaysé. Les nombreux ingrédients qui caractérisent l’auteur à succès sont toujours là : un huis clos au milieu de nulle part, de nombreux habitants ni tout noir, ni tout blanc et un mystère qui plane… Même s’il est co-écrit avec son fils, Sleeping beauties ne fait pas exception. Mais c’est aussi pour ça que l’on aime King. Alors je mets de côté ce déjà lu et poursuit ma lecture… Une intrigue passionnante. Forcément, le lecteur que je suis veut comprendre pourquoi ces femmes s’endorment et se retrouvent prisonnières d’une toile qu’il ne faut surtout pas leur retirer au risque de mourir dans d’atroces souffrances. Je pourrais parler des personnages, comme toujours chez le roi du frisson, très construits, avec une vraie histoire et une psychologie bien définie mais j’aurais l’impression de me répéter. Je parlerais donc de l’idée de ce roman qui tombe à point nommé dans notre société où plus que jamais l’on parle de la place des femmes, notamment depuis le mouvement MeToo. La réflexion autour de ce qu’apportent les femmes aux hommes et de ce que serait un monde bâti par elles est intéressante et met en perspective leurs différences comme leurs ressemblances. L’aspect sociétal et même sociologique de ce questionnement enrobé dans un roman d’horreur est bien fait. Car l’on peut divertir tout en faisant réfléchir ; Stephen et Owen King nous le démontrent avec brio. J’ajoute enfin que l’idée de l’inéluctable m’a séduit également. En effet, les femmes sont victimes de ce fléau uniquement si elles s’endorment. Mais comment éviter de dormir ? Tôt ou tard, la fatigue nous emporte. Cela m’a rappelé le film Freddy et les griffes de la nuit de Wes Craven dans lequel des adolescents se font tuer par un monstre dans leur sommeil.
Ouïe : Le vol de phalènes
Goût : La coke
Odorat : Un café corsé
Toucher : Une toile d’araignée

Éditions : France Loisirs/Albin Michel
Pages : 828
Prix : 24,61 euros (prix Club)/25,90 euros (prix public)

5 romans avec une île pour décor

île

Salut toi !

Je continue mes articles de l’été avec cette proposition qui ravira les amateurs d’îles. Toutefois, ne t’attends pas à trouver ici des îles paradisiaques avec des héros au bord de l’eau, un cocktail avec toutes ces pailles et parasols colorés à la main en train se dorer la pilule. Mais non, ne t’en vas pas, fais-moi confiance car avec les cinq romans que je te propose, tu vas passer un bon moment et c’est toi qui seras peut-être les pieds dans l’eau, un cocktail à la main, le visage offert au soleil en parcourant leurs pages 😉

  1. La Théorie Gaïa de Maxime Chattam – Un couple de chercheurs missionnés par la Commission Européenne doivent apporter leur aide pour résoudre un problème urgent et top secret. Lui est envoyé en pleine montagne et elle sur une île déserte. Lorsqu’ils comprennent l’horreur dans laquelle ils sont plongés, il est trop tard. La violence humaine les encercle ! Je préfère prévenir, scène horrible sur l’île… peur bleue assurée !
  2. Ne lâche pas ma main de Michel de Bussi – Tout semble tranquille et paradisiaque pour Martial, Liane et leur fille en vacances sur l’île de la Réunion… jusqu’à ce que Liane disparaisse. Des traces de sang dans la chambre d’hôtel et l’arme du crime avec les empreintes de Martial le désignent comme le coupable parfait. Et lorsqu’il prend la fuite avec sa fille, il n’y a plus l’ombre d’un doute pour les autorités ; s’engage alors une course poursuite à travers l’île.
  3. Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand – Je te préviens ça ne commence pas très bien ! Diane a perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dévastée, elle ne parvient pas à se reconstruire. Comme elle n’a plus goût à rien et ne parvient plus à travailler dans son café littéraire, elle s’exile en Irlande. Et là tu vas voir c’est plus sympa car elle va faire de jolies rencontres…
  4. Dix petits nègres d’Agatha Christie – Un classique ! Dix personnes qui ne se connaissent pas sont invitées à se rendre sur l’île du Nègre. Sur place, elles sont accueillies par une voix enregistrée qui les accuse d’être tous des meurtriers. Et commence alors le cauchemar ; chaque jour l’une d’entre elles est mystérieusement assassinée selon un des dix couplets d’une comptine…
  5. Mercure d’Amélie Nothomb – Hazel a été atrocement défigurée lors d’un bombardement et se retrouve sur l’île de Mortes-Frontières avec un vieil homme, le Capitaine O. Loncours. Étrange… dans la maison tous les objets réfléchissants ont disparu et lorsque Hazel se lie d’affection avec Françoise, sa nouvelle infirmière, cette dernière comprend alors qu’un mystère plane sur l’île.

Laquelle île te tente ? 😉

Bonne lecture et à mercredi prochain !

L’Appel du néant – Maxime Chattam #129

L'Appel du néant - Maxime ChattamVue : Un homme retrouvé en morceaux sur les rails du RER D en banlieue parisienne, c’est une nouvelle enquête pour la SR menée par Ludivine Vancker et son équipe. Lorsqu’ils doivent collaborer avec la DGSI, Ludivine sent que quelque chose cloche. Ils ne sont pas seulement face à un monstre mais devant une menace bien plus grande… Et quand Ludivine est enlevée, il n’y a plus de temps à perdre. Le compte à rebours a commencé…
Ce nouveau thriller de Maxime Chattam semble bien trop réel. Abordant le sujet du terrorisme, on ne peut faire que le rapprochement avec ce que nous vivons actuellement. Et l’auteur a bien su ancrer son histoire dans ce climat où règne la psychose. Bien des livres de Maxime Chattam ont cette particularité, à travers la force de son écriture, de sembler réels mais il est plus facile d’avoir du recul face à une histoire qui n’entre pas, ou moins, en résonance avec la nôtre. L’Appel du néant a, de ce fait, cette dimension particulière par rapport à ses autres livres ; il nous touche tous. L’impact de l’authenticité et de la crédibilité du roman passe aussi par les nombreuses informations sur la technologie et les nouveaux procédés mis en place dans le cadre d’enquêtes criminelles. C’est une mine d’informations enrichissantes que partage Maxime Chattam, comme à son habitude. Il y a une volonté de renseigner sur l’évolution de ces techniques destinées à résoudre les plus noirs forfaits. Enfin, on ne peut aussi que garder à l’esprit lors de cette lecture, le stress et la pression qui incombent aux forces de l’ordre à qui est dédié ce livre, en plus des enseignants et des victimes des attentats.
Ouïe : The Sound of Silence de Simon & Garfunkel
Goût : Un thé au gingembre
Odorat : La poudre de fusil
Toucher : Un jouet Kinder

Éditions : Albin Michel
Pages : 516
Prix : 22,90 euros

Sharko – Franck Thilliez #118

Sharko - Franck ThilliezVue : Lucie Hennebelle, flic au 36 quai des Orfèvres, tue accidentellement un homme chez lui. Rentrée illégalement et en dehors d’une procédure légale, elle est anéantie. Son compagnon et coéquipier, Franck Sharko, prend les choses en main et n’a pas d’autres choix que de maquiller le crime et de récupérer l’enquête. Mais la victime n’est pas un simple quidam et cette mission va s’avérer bien plus noire et dangereuse qu’ils ne le pensaient. Entre la quête de vérité et l’adieu à leur intégrité, Hennebelle et Sharko vont devoir jouer serré au risque de tout perdre.
Dès la lecture du synopsis, j’ai été conquis. Il fallait impérativement que je le lise ! J’aime les aventures de Franck Sharko. Un personnage sombre dont chaque histoire m’a tenue en haleine. L’impression d’être en apnée tant que la fin n’a pas été révélée. C’est tout l’art de l’intrigue savamment maîtrisé par Franck Thilliez. Et ce dernier opus n’échappe à la règle. Les premières pages commencent très fort avec un prologue on ne peut plus fou. Je ne vous parle même pas de l’enquête ! Si angoissante ! Car il faut bien se l’avouer, si Lucie et Franck ont commis un acte grave en tuant un homme et faussant délibérément les investigations, il n’en reste pas moins des personnages attachants, humains et ayant la volonté de faire le bien. Le bien ? C’est aussi une des questions du roman. Où est la limite ? À quel moment franchit-on la ligne ? De plus, au-délà de la tension qui règne à chaque page, ce roman propose aussi une réflexion sur le capitalisme et de ses travers notamment dans la santé… Car c’est aussi une histoire de sang que nous livre Franck Thilliez. Un thème récurrent dans ses romans. Et croyez moi, Sharko ne fera pas exception… Ce livre glace le sang !
Ouïe : Une locomotive électrique
Goût : Des larmes de douleur
Odorat : Le sang menstruel
Toucher : Des sangsues

Éditions : France Loisirs / Fleuves Éditions
Pages : 571
Prix : 20,81 euros (prix club) / 21,90 euros (prix public)

La nuit des enfants rois – Bernard Lenteric #115

La nuit de enfants rois - Bernard LentericVue : Le temps d’une nuit dans Central Park, sept adolescents se font violemment agressés  et violés pour certains. Il ne fallait que ça pour que tout bascule… Car ces enfants ne sont pas ordinaires, ce sont des génies. De cette affreuse nuit, la haine va les submerger et faire naître un désir de vengeance et de tout détruire. Ils ne forment qu’un seul esprit redoutable et Jimbo Farrar, qui les connaît depuis leur plus jeune âge, l’a compris. Mais a t-il vraiment envie de les arrêter ?
Un synopsis on ne pleut plus excitant ! La nuit des enfants rois, publié en 1981est un thriller ou règnent la manipulation et l’intelligence. J’ai été particulièrement séduit par l’idée d’enfants ultra intelligents comme arme de destruction. Ils n’ont beau avoir que 15 ou 16 ans, c’est avec une froideur et un manque total de compassion qu’ils tuent à tour de bras. En revanche, même si c’est un véritable parti pris de l’auteur, le style aseptisé et neutre comme si c’était un rapport ou le récit produit par un ordinateur, ne m’a pas convaincu. Non seulement, il ne m’a pas permis de m’attacher aux personnages quels qu’ils soient, mais il ne m’a pas également offert la possibilité de plonger totalement dans l’histoire. L’impression de lire un compte-rendu était omniprésente et me tenait à distance du récit. Néanmoins, ce livre se lit bien et l’envie de savoir la fin reste la plus forte.
Ouïe : La voix d’un ordinateur
Goût : Des trains électriques
Odorat : Un nettoyant désinfectant
Toucher : Le bout des doigts d’amis

Éditions : Le livre de poche
Pages : 281
Prix : 6,10 euros