Journal de lectures #85 – Différence & Amour

Inséparables - Sarah Crossan JDL#85

Bonjour toi !

Déjà en mai ! Ce mois qui chamboule si agréablement notre quotidien avec ses ponts et ses airs de vacances. Pour ma part, je ne vais pas trop en profiter mais je me console en me disant que je vais vivre une expérience folle. A suivre sur mon compte Instagram

Il y a un moment que ce livre est dans ma wish list. C’est Audrey de la chaîne « Le Souffle des mots » qui m’a permis de le découvrir. Il s’agit d’ « Inséparables » de Sarah Crossan. Ce roman aborde un sujet difficile, c’est pourquoi son accessibilité à partir de 12 ans est louable. Il est encore une fois, je le dis souvent sur le blog, important d’ouvrir au monde les plus jeunes et les confronter à la différence pour plus de tolérance.

Dans ce livre, nous retrouvons deux soeurs siamoises, Grace et Tippi. Depuis leur naissance, elle sont inséparables et pour la première fois, cette année elles entrent au lycée. Fortes, ensemble elles se sont toujours soutenues face à l’intolérance, la peur et la pitié des autres. Tout vacille lorsque Grace tombe amoureuse. Pourra-t-elle jamais avoir une vie qui n’appartienne qu’à elle ?

Une histoire simple à résumer mais qui cache tant de complexité. Beaucoup de questions sont soulevées au travers de ce roman. Paraît-il qu’au travers de ses pages, l’émotion est intense. Traduit par Clémentine Beauvais, dont j’ai beaucoup apprécié le livre Songe à la douceur écrit en vers, Inséparables possède également cette particularité apportant une touche de poésie.

Et toi, as-tu déjà lu ou envie de lire Inséparables de Sarah Crossan ?

Publicités

Journal de lectures #84 – Etre homosexuel quand on a 16 ans

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens - Becky Albertalli #JDL84

Hello toi lectrice et toi lecteur !

Je ne sais pas si tu l’as remarqué toi aussi mais ces derniers temps sur Instagram je ne cesse de voir le roman Simon VS Homo Sapiens agenda (Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, pour la version française) de Becky Albertalli. Sans doute parce que le film adapté du roman « Love Simon » sort en juin ! C’est donc l’occasion idéale de t’en parler.

Le synopsis est simple. Simon, un ado de 16 ans, vit avec ses deux soeurs et son chien dans une petite ville de la banlieue d’Atlanta. Ce fan de Harry Potter, d’Oréo et de théâtre est en secret amoureux de Blue. Blue est un garçon qu’il a rencontré sur le Tumblr du lycée. Il ne connaît pas sa véritable identité et peut-être le croise t-il tous les jours au bahut. Seul Blue sait que Simon est homosexuel…

Cela me rassure que la littérature young adult parle de plus en plus d’homosexualité. J’ai pu lire de nombreux romans aborder ce thème mais aussi de la transidentité. Et je dois dire que ces ouvrages étaient d’une très bonne qualité. Je me souviens d’Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, de Cette fille c’était mon frère, de Celle dont j’ai toujours rêvée mais aussi de Black Iris. Partir à la rencontre de destins différents du nôtre via la littérature offre la possibilité d’élargir l’esprit, c’est un des rôles des livres alors je ne peux que louer les auteurs qui permettent ce voyage vers la tolérance.

Et toi, as-tu lu ou envie de lire Simon VS Homo Sapiens agenda ?

Journal de lectures #83 – La naissance et l’histoire du monde gréco-romain dans un long poème

Les Métamorphoses - Ovide

Bonjour mes chères lectrices et mes chers lecteurs,

Le printemps est la saison du renouveau, des transformations et cela me fait penser aux Métamorphoses d’Ovide. Un livre dont on a croisé le chemin au collège ou à l’université. Ce très long poème – douze mille vers quand même ! – a bien souvent attisé ma curiosité. J’aime l’idée d’expliquer l’histoire du monde par des fables.

Dans son oeuvre écrite vraisemblablement au Ier siècle, Ovide y raconte les légendes des transformations miraculeuses ou métamorphoses pour expliquer les origines du monde jusqu’à l’époque où il a vécu, à savoir le règne de l’Empereur Auguste. On y croise des dieux est des héros changés en bêtes, en plantes ou encore en rochers par la volonté des dieux ou par magie. Parmi les plus connues, le mythe de Persée et Andromède, celui du roi Midas, de Narcisse…

Les Métamorphoses d’Ovide ont inspiré de nombreux artistes notamment les peintres et les musiciens. C’est une source d’informations qui donne des clés pour comprendre de nombreuses autres oeuvres. Comme les contes pour enfant, ce genre de lecture nourrit l’imaginaire et offre des interprétations riches.

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire ce livre ?

Journal de lectures #82 – La folie est-elle inhérente au génie ?

Le génie et la folie - Philippe Brenot JDL#82

Bonjour mes chères lectrices et mes chers lecteurs,

En ce vendredi, je me pose une question sur la créativité. Est-ce que la folie participe à la naissance du génie ? C’est en parcourant ma liste de livres à lire que je suis tombé sur Le Génie et la folie de Philippe Brenot, me rappelant alors que le désir de lire cette analyse est né de cette interrogation qui me taraude.

Parce que Rimbaud avait des crises hallucinatoires, que Goethe traversait des phases maniaco-dépressives, que Munch était angoissé, sans oublier la dépendance aux drogues de Baudelaire ou de Cocteau, les tendances suicidaires de Gauguin, de Van Gogh ou encore de Virginia Woolf, comment ne pas faire le lien ? Que ce soit en littérature, en peinture ou en musique et bien d’autres domaines où la création s’accomplit, nombreux sont ceux dont le génie et la folie étaient intimement liés. Philippe Brenot explore ces destinées hors du commun posant cette question légitime : la création puise-t-elle toujours sa source dans la souffrance intérieure ?

Je suis content que cet ouvrage ce soit à nouveau révélé à moi car il m’intéresse tellement. Reste à trouver le temps…

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire Le Génie et la folie ?

Journal de lectures #81 – Elève & professeur… une liaison interdite

Free fall - Leah Raeder JDL#81

Bonjour mes chères lectrices, mes chers lecteurs,

Cette semaine est dédiée à un auteur, autrefois auteurE, que j’ai découvert il y a un an et dont j’ai beaucoup aimé la plume et la sensibilité ; Leah Raeder, aujourd’hui connu sous le nom d’Elliot Wake. J’ai dévoré Black Iris, une pépite, alors forcément je veux retenter l’expérience. Peu de ses romans sont traduits en français, mais il y en a un autre qui le fut et disponible aux éditions Prisma, Free Fall.

À tout juste 18 ans, Maise O’Malley s’apprête à commencer des études de cinéma. La jeune fille au caractère bien trempé et mentant volontiers sur son âge fait la rencontre d’Evan dans une fête foraine. L’alchimie est immédiate même si pour Maise c’est une histoire sans lendemain. Pourtant, impossible de sortir ce trentenaire de ses pensées. Et contre toute attente l’étudiante découvre l’amour. Quel n’est donc pas sa stupeur lorsque le jour de la rentrée, Maise découvre qu’Evan n’est autre que Mr Wilke, son nouveau professeur de cinéma. Malgré leurs sentiments, ils décident de mettre fin à leur relation. C’est sans compter sur leur irresistible attirance mutuelle et leur amour prend alors le goût sulfureux d’une liaison dangereuse. Dans les couloirs de l’université, ils se parent du masque de l’indifférence mais bientôt les rumeurs courent…

Nous avons là une histoire d’amour secrète, interdite et sulfureuse. Le genre d’histoire qui déchaînent les passions, et là où il y a passion, il y a émotions fortes… tout ce que j’aime !

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire Free Fall ?

Journal de lecture #80 – Une histoire de sirène… c’est forcément pour moi !

The Mermaid and Mrs Hancock - Imogen Hermes Gowar - JDL#80

Bonjour mes chères lectrices et mes chers lecteurs,

Je suis tellement excité mais aussi frustré de vous parler de ce livre dans ce nouveau Journal de lectures. Excité car ce roman semble génial ; forcément, il parle de sirène ! Et vous savez mon amour pour elles ! Frustré puisque je ne pourrais le lire toute de suite, bien qu’il soit dans ma PAL depuis le 14 février – j’ai en effet reçu ce magnifique ouvrage pour la Saint-Valentin 🙂 – mais comme je manque de temps et que ce roman est assez gros et en VO, je préfère attendre cet été.

Il s’agit de The Mermaid and Mrs Hancock d’Imogen Hermes Gowar – à ma connaissance, il n’y a pas de version française – En plus de parler de sirène, ce qui est de bon augure également, c’est que ce livre fait partie des best-seller du Sunday Times et est sélectionné pour le Women’s Prize for Fiction et le Desmond Elliott Prize 2018.

Et de quoi ça parle ?

Septembre 1785, Johas Hancock découvre au pas de sa porte le capitaine d’un de ses bateaux quelque peu agité. Ce dernier raconte qu’il a vendu le navire pour obtenir un bien rare et de loin beaucoup plus précieux : une sirène. Il présente alors à Hancock une créature ratatinée de couleur brune de la taille d’un nourrisson avec des dents et des griffes, le buste se finissant par une queue de poisson. La rumeur se répand et tout le monde veut voir la merveille. Fréquentant désormais la haute société, Jonas Hancock, rencontre l’envoûtante Angelica Neal, la femme la plus désirable qu’il ait vue, une courtisane renommée. Une dangereuse liaison commence et les mènera à réaliser que les choses inestimables peuvent avoir un coût encore bien plus grand.

J’ai conscience que ce résumé est un peu mystérieux. C’est ce que j’ai glané lors de mes recherches, mais j’avoue ne pas avoir envie d’en savoir plus et de garder le plaisir de découvrir.

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire The Mermaid and Mrs Hancock  ?

 

Journal de lectures #79 – Quand trois destins liés s’embrasent…

Laisse brûler - Antoine Dole JDL#79

Bonjour chères lectrices et chers lecteurs !

Comme certains ont pu le voir sur mon compte Instagram, mon dilemme depuis 3 mois c’est que des livres me font toujours envie et viennent accroître ma wish list mais, en revanche, mon rythme de lecture a considérablement diminué ! Et cela m’affecte car j’aime tellement cela. Je ressens un manque intense. Ce n’est pas exagéré, je vous prie de me croire. C’est la période qui veut ça, puis, mon trajet en métro (incroyablement bondé !) pour me rendre au travail n’étant que de 15 minutes, je ne lis donc plus le matin et le soir. Mon moment de lecture privilégié reste donc la nuit avant d’aller me coucher.

Laisser brûler de Antoine Dole, par exemple, est présent depuis quelques temps dans ma wish list. J’espère pouvoir le lire cette année. Vous remarquerez, je ne dis plus prochainement 😉 Dans ce roman, Noah, Julien et Maxime constitue un triangle amoureux bien sombre. Noah pense à Julien constamment alors que leur relation est finie. Il ne parvient pas à l’oublier même dans les bras de Maxime. Ce dernier, amoureux de Noah, souffre de cet amour à sens unique. Et puis Julien, animateur télé star, est séquestré et violenté dans une cave. Pourquoi ? Par qui ? Une chose est sûre, le brasier de ces coeurs meurtris devient un incendie redoutable.

L’amour et l’homosexualité comme combustibles. C’est une histoire qui semble être intense et violente à fois.

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire Laisser brûler de Antoine Dole ?