Journal de lectures #74 – La nymphomanie racontée par Leïla Slimani

Dans le jardin de l'ogre - Leïla Slimani JDL#74

Bonjour mes chères lectrices, bonjour mes chers lecteurs,

Comment allez-vous ?

J’ai ajouté Dans le jardin de l’ogre à ma wish list après avoir entendu Guillaume Gallienne en parler dans son émission « Ça ne peut pas faire de mal » sur France Inter (encore ! 😉 D’ailleurs, l’auteure, Leïla Slimani, est la Présidente du jury du prix Livre Inter 2018). J’ai été saisi rapidement. Quelle intensité dans le verbe, dans les images, dans l’émotion.

Ce roman est l’histoire d’Adèle Robinson, une journaliste mariée à un chirurgien et mère d’un petit garçon. En apparence, elle est une femme comme les autres, toutefois, Adèle mène une double vie subie par un secret plus fort qu’elle. Une addiction. Celle du sexe.

La nymphomanie n’est pas un sujet facile, mais la plume de Leïla Slimani s’y prête. Sa prédilection pour les sujets on ne peut plus délicats est une audace que j’admire et c’est aussi pour cela que j’ai apprécié Chanson douce.

Les addictions sont souvent un sujet violent, dur et la nymphomanie chez les femmes est peu abordée je trouve. J’ai eu l’occasion de voir le film Shame de Steeve McQueen avec Michael Fassbender et découvrir le pendant féminin m’intéresse. La littérature est passionnante aussi pour cela, vivre des vies différentes et ouvrir notre esprit à des choses qui nous échappent.

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire Dans le jardin de l’ogre ?

Publicités

Heartless – Marissa Meyer #133

Heartless - Marissa MeyerVue : Catherine est la plus talentueuse pâtissière du Pays des Merveilles. Elle rêve en secret d’ouvrir sa pâtisserie, mais la marquise et le marquis, ses parents, ont d’autres projets pour elle : le Roi de Coeur la veut pour épouse. Et pour ne rien arranger, la jeune femme fait la rencontre du mystérieux et séduisant Jest, qui n’est autre que le fou du roi. Son coeur s’emballe… Bien décidée à choisir ce qui est le mieux pour elle, Catherine va se rendre compte que dans un pays où règne la magie, la folie mais aussi les monstres, le destin se moque bien de ses désirs.
Non, vous avez bien lu, il s’agit bien du même Pays des Merveilles qu’Alice. Et avec ce roman, Marissa Meyer, nous conte ce qui a conduit la terrible Reine de Coeur à être si cruelle. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle le fait à la perfection ! Ce livre est un énorme coup de coeur pour moi. Je suis tombé amoureux de ce roman. À travers un style agréable et envoûtant, nous retrouvons avec grand plaisir l’univers d’Alice et ses personnages comme Le Lapin Blanc, le Cheshire Cat ou encore le Chapelier Fou. Mais surtout, on y découvre la Reine sous un autre jour puisqu’il s’agit d’une femme très humaine et des rêves plein la tête tombant éperdument amoureuse. Et comment ne pas la comprendre ? Jest est un personnage extraordinaire. J’ai beaucoup aimé son apparition dans l’histoire. Spectaculaire ! Pour en revenir à Catherine, c’est une héroïne très bien construite, qui nous émeut, nous faire sourire, nous attendrit et nous agace aussi parfois. Je suis passé par tant d’émotions en dévorant les pages de Heartless, de la joie, voire l’hystérie à la frustration, la colère et la tristesse. Même si je savais pertinemment qu’une tragédie s’annonçait (puisqu’il faut forcément une tragédie pour devenir aussi mauvaise que la Reine de Coeur !), j’ai gardé l’espoir jusqu’au bout. C’est pourquoi, je suis sincèrement bluffé par le talent de l’auteur ; l’histoire est on ne peut plus crédible et il est fort probable que Lewis Caroll aurait apprécié cette proposition. Il faut vraiment lire ce roman, vous ne serez pas déçu…
Ouïe : Le carillon de grelots
Goût : Un macaron à la rose
Odorat : Le citron
Toucher : Une rose blanche

Éditions : Feiwel and Friends (version originale)/Pocket Jeunesse (version française)
Pages : 452
Prix : 17,25 euros ($19,99)

Journal de lectures #73 – Escapade mère, fille pour une nuit de révélations

AG

Bonjour chères lectrices, bonjour chers lecteurs,

C’est si frustrant ! Mon rythme de lecture a drastiquement ralenti depuis que j’ai commencé mon nouveau job, mais mes envies de lectures, elles, ne font que s’accroître !

La preuve en est, en parcourant Booktube, je suis tombé sur un roman d’Anne-Laure Bondoux, L’aube sera grandiose, qui me fait très envie ! Titania emmène sa fille de seize ans, Nine, au bord d’un lac dans une cabane isolée. Pourquoi sont-elles ici alors qu’il y a la fête du lycée ? C’est que le temps des révélations est venu. Cette nuit, Titania va raconter à sa fille un passé caché. Et lorsque l’aube se lèvera, plus rien ne sera comme avant.

Sincèrement, je trouve que ce résumé est plus que séduisant. Ce roman vient donc s’ajouter à ma wish list. Comment pouvait-il en être autrement ? J’aime les relations parents, enfants, bien souvent émouvante.  Et lorsque je vois ma liste, je me dis « Mais où vais-je trouver le temps de lire tout ça » ? Toutefois, si je suis triste parfois à cette idée, souvent je me dis comme Jules Renard :

« Quand je pense à tous les livres qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux.« 

Et vous, avez-lu ou envie de lire L’aube sera grandiose ?

 

Alisik, Automne (tome 1) – Hubertus Rufledt et Helge Vogt #132

Alisik - Rufledt et VogtVue : Alisik, jeune adolescente, se réveille en pleine nuit dans un cimetière. Quel que peu surprise, tout d’abord, elle comprend ensuite qu’elle est morte. Elle fait la connaissance d’autres post-mortem comme Allumette, Frings, Le Général ou encore Mamie Orties bloqués comme elle entre la vie et la mort en attendant d’entrer au Paradis ou en Enfer. La jeune fille, à la nuit tombée, croise Ruben, un jeune homme aveugle avec qui elle peut communiquer et auquel elle s’attache. Pendant ce temps, le cimetière est menacé d’être détruit par un promoteur vénal.
Je lis très peu de BD ou d’albums illustrés et je suis content d’avoir renouvelé l’expérience. Alisik est une histoire, somme toute, drôle avec des personnages morts facétieux. Quoi de mieux que la mort pour rire ? 😉 Ce que j’ai, bien sûr, préféré ce sont les illustrations. Comme elles sont belles ! J’ai vraiment apprécié le travail graphique, les couleurs comme les traits des personnages ainsi que la mise en page des planches. Très agréables à parcourir, les dessins nous transportent dans cette atmosphère macabre amusante. Un travail réussi. J’ai vraiment hâte de lire la suite. Et ça tombe bien puisque le deuxième tome, Hiver, s’accorde parfaitement avec la saison.
Ouïe : Un cri de corneille
Goût : Un Morgon Chavy 2013
Odorat : La boue
Toucher : Un cercueil

Éditions : Le Lombard
Pages : 112
Prix : 14,99 euros

Journal de lectures #72 – Trouver le chemin de l’épanouissement pour vivre vraiment sa vie

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une - Raphaëlle Giordano JDL#72

Bonjour chères lectrices, bonjour chers lecteurs,

Avec le commencement d’une nouvelle année et, sans doute aussi, parce que cette période de ma vie y est également propice, je suis sensible aux livres de développement personnel. Je viens de finir Méditer jour après jour de Christophe André et ayant beaucoup entendu parler de l’ouvrage de Raphaëlle Giordano Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, je me suis davantage penché dessus en feuilletant le catalogue de France Loisirs.

Il s’agit d’un roman avec pour ambition de nous faire réfléchir sur notre vie et sur le sens que l’on veut y donner. C’est l’histoire de Camille, 38 ans (et quart), qui a, en apparence, tout pour être heureuse mais a la sensation de passer à côté du bonheur. Elle fait la connaissance de Claude, un routinologue, prêt à l’aider et à l’accompagner dans son questionnement et son envie de retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Ainsi, le livre distille des expériences étonnantes, créatives, riches de sens pour tout simplement prendre conscience que la vie est jolie.

J’aime le concept du livre de bien-être sous une forme de roman. Je suis curieux, néanmoins, même si c’est un best-seller, j’ai aussi lu des avis de personnes agacées par la simplicité du livre, je garde donc en tête que je peux être déçu. Mais je sais aussi que ce qui peut paraître simple est loin de l’être, et si des propos, des actes peuvent sembler d’une évidence folle, c’est une autre histoire dans la pratique.

Et vous, avez-vous lu ou envie de lire ce livre de Raphaëlle Giordano ?